Pure Farming

Pure Farming 2018 le test : Qu’y a-t-il au delà des graphismes ?

Si vous suivez l’actualité, vous n’avez pas pu passer à côté. Cela fait maintenant quelques mois que Pure Farming 2018 se promène sur les chaines Youtube en version preview. Nous même l’avons présenté dans nos colonnes et en vidéo. Aujourd’hui le jeu, édité par Techland, arrive dans les temps en version finale.

Pure Farming, c’est une longue histoire et un développement sur les chapeaux de roues. Si le jeu devait à l’origine sortir il y a de ça un an, la décision de repousser sa date de sortie afin de peaufiner l’ensemble pourrait bien s’avérer payante. Les testeurs sont unanimes, PF est LE jeu qui propulse la simulation agricole dans une nouvelle aire graphique. Et pas des moindres puisque c’est l’environnement Unity, maîtrisé par le studio polonais IceFlames, qui anime l’ensemble. Nul besoin de présenter ce moteur graphique, nous vous renvoyons dans le test de la version preview, édité il y a quelques semaines.

Une nouvelle présentation s’impose

La version preview avait quelques limitations : le mode « première ferme » était absent, les défis de ferme non finalisés, et le mode de jeu libre, appelé « bac à sable », était limité à la carte « Allemagne ». Mais ce n’est pas tout, et c’est à mon sens le point le plus important du jeu : le menu d’importation de mods, dévoilé il y a quelques jours, n’était pas disponible. Du côté des options, tout y est !

Selon votre configuration matériel, vous pourrez affiner les paramètres graphiques. Sachez que j’ai testé le jeu sur 2 configurations bien différentes, et qu’il restait au moins jouable sur la plus petite (à base d’un petit Intel Core i3 épaulé de 8Go de RAM et d’une Nvidia GT640, bref la config de mémé Josephine). Unity n’est pas un moteur particulièrement gourmand. Vous avez également la possibilité de gérer la radio des véhicules via un flux mp3 ou votre propre playlist sur votre disque dur. Idéal pour écouter les infos et jouer en même temps.

Le mode libre enfin… libéré

Outre le mode « première ferme » pour les novices qui découvrent le monde des simulations agricoles et qui seront guidés au travers d’un tutoriel scénarisé permettant d’appréhender matériels et commandes, un mode « défis de ferme » propose des missions ponctuelles en course contre la montre.

Mais le mode qui va séduire la grande majorité des joueurs, c’est le mode libre. Il s’agit ni plus ni moins du mode carrière de Farming Simulator.

Et pour attaquer ce mode, il faut d’abord choisir sa map et quelques options comme le budget de départ, la météo et l’heure de la journée. Le choix de la map de départ a son importance car chacune d’entre elles possède ses propres cultures et matériels.

Ainsi sur la carte Colombie vous serez amener à cultiver principalement du café et du chanvre. La carte Japon vous offrira la culture du riz et des cerises, la carte italienne permet la culture de vignes et d’olives et enfin la carte USA, la plus grande et la plus complète, offre des cultures plus « traditionnelles ». Pour les personnes qui ont précommandé le jeu, la carte Allemagne, offerte pour l’occasion, donne accès à l’élevage de moutons et à la culture du colza.

Notons que le design des maps n’a pas grand chose à voir avec les titres concurrents et que les décors ont beaucoup plus de relief et de détails, qui leur confèrent un côté plus réaliste.

Côté élevage, Pure Farming offre une approche différente que certains considéreront comme une longueur d’avance, avec des animaux qui naissent, qui évoluent, qui meurt et une production qui varie en fonction de l’âge des bêtes. Notons que pour le moment, la culture du maïs n’est pas présente mais qu’elle devrait arriver avec l’ajout de futures maps.

Pour vous aider dans vos tâches, vous pouvez faire appel à des ouvriers. Si ils font bien leur travail, à l’instar des autres simulations agricoles, ils sont limités à 1 par champ.

Pure Farming vous met dans la peau d’un agriculteur responsable de toutes ces exploitations et capable de voyager à travers le monde. Aussi vous pouvez jongler d’une carte à l’autre, par avion. Chaque déplacement vous coutera 1200$, auxquels il faudra ajouter quelques billets si vous voulez également déplacer du matériel avec vous.

Choisissez bien votre map de départ car migrer d'une carte à l'autre à coût !
Choisissez bien votre map de départ car migrer d’une carte à l’autre à coût !

La map USA promet des longues heures de jeu

Pour les fans de Farming qui ont acheter la version Platinum, et qui n’ont pas aimé les cultures exotiques, il y a des chances pour qu’ils s’orientent immédiatement vers la map USA. Il s’agit de la plus grande carte du jeu mais c’est aussi celle qui propose le plus de cultures et d’animaux d’élevages. Elle dispose d’une trentaine de champs de 5 à 15 ha, un parc éolien et plusieurs emplacement pour panneaux solaires, qui sont des sources de revenus très interessantes.

Mods et matériels

Les matériels disponibles dans cette version définitive n’ont pas évolué par rapport à la version preview de janvier qui avait été testée. J’en vois déjà certains crier au scandale. Je vous rassure tout de suite, l’intérêt du jeu est vraiment tout autre et les capacités des engins n’ont finalement que peu d’importance. En outre, le titre s’oriente beaucoup plus sur l’élevage et le business que Farming Simulator. Et tout ça de façon très ludique et simplifiée grâce à la tablette de votre agri virtuel.

Et tant qu’on est à parler ferraille, l’outil de modding présenté par l’éditeur il y a quelques jours et dévoilé sur notre chaîne youtube il y a 2 jours, est diablement efficace. Si on est très loin du modding de Farming Simulator ou de Cattle and Crops, où les machines disposent de leurs propres caractéristiques et commandes associées, Pure Farming pourrait voir un nombre extrêmement important d’engins agricoles débarquer dans les jours suivant sa sortie.

L’outil d’importation permet de charger un modèle 3D et de l’associer à une catégorie (tracteurs, voitures, moissonneuses, etc…). Une fois chargé, en quelques clics, on ajuste quelques valeurs clés comme la puissance, la vitesse max, le poids, etc. Et c’est à peu près tout. Un véritable jeu d’enfant ! Convertir un véhicule d’un jeu concurrent vers Pure Farming ne prend pas plus de 30 min.

Concernant la disponibilité de nouveaux engins via l’onglet “importateur”, les développeurs devraient faire une sélection des meilleurs mods avant de les intégrer au jeu, que ce soit sur PC ou consoles. L’importateur devrait également être amélioré dans les jours qui viennent, avec la possibilité de créer des maps !

Pure Farming est disponible sur PC pour 29,99€, et sur Xbox One et PS4 pour 39,99€.

Une nouvelle référence

Note Globale - 90%

90%

Au final le tant attendu Pure Farming risque fort de trouver sa place au côté des simulations existantes. Simple sans être simpliste, les 3 modes de jeu permettent de jauger la difficulté. Le gameplay et l’approche de l’agriculture proposés font de cette première version, un jeu de choix pour le joueur solo. En attendant le développement à venir de la fonction multijoueur.

User Rating: 3.17 ( 21 votes)

Bruno Giacobbé

Créateur de simulagri.fr (mais pas que). Joueur de Final Fantasy avant d'être joueur Farming Simulator. Je surveille de près Cattle And Crops et pleure sur le défunt Pure Farming. Je fais également un bain de boue dans Spintire MudRunner entre midi et 2.

Articles connexes

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité