Pure Farming

On approfondit un peu la pre-alpha de Pure Farming 2018

Il y a quelques jours, vous pouviez découvrir sur plusieurs chaines Youtube, les premières images de Pure Farming 2018. Le jeu enfin chargé sur le PC, je prends un peu de temps pour vous en parler.

Attention, ce n’est pas un test, loin de là, l’éditeur ne nous présente qu’une version “réservée à la presse”, qui est en fait la version qu’il était possible de voir (et tester) à la Gamescon cet été. Bref c’est du déjà vu, mais ça permet de fouiller un peu dans les fichiers du jeu et d’en savoir un peu plus.

Je n’avais pas suivi l’actu du titre et c’est avec surprise (quoique) que je découvre que le jeu est propulsé par Unity. Rappelez-vous, je vous parlais de ce moteur de jeu exceptionnel la semaine dernière dans mon article sur Pro Farm Manager. Ce framework permet notamment de développer des jeux multiplateformes avec plus ou moins de facilité.

Petite claque visuelle

Ce n’est plus une surprise, face à un Farming Simulator qui aurait besoin de renouveller son environnement graphique, Pure Farming vient combiner les finesses de textures du titre de Focus et les modélisations à couper le souffle de Cattle&Crops, parsemées d’un jeu de lumière intéressant avec une occlusion ambiante efficace, le tout avec des airs de GTA lorsqu’on se place en vue à la 3e personne.

Pour le moment seuls quelques tracteurs Zetor et du matériel pour des cultures très spécifiques sont disponibles mais, excepté l’intérieur des véhicules, rien n’est laissé au hasard et le moindre écrou se retrouve modélisé. Seul bémol, le système de particules (pulvérisation, grain de raisin/café/etc, …) qui m’aura fait saigné les yeux :p Un peu comme l’ensilage de la pre-alpha de Cattle&Crops. On croise les doigts pour que les développeurs améliorent tout ça.

L’habit ne fait pas le moine

Si le premier démarrage du jeu m’a fait brillé les yeux, j’ai pourtant vite déchanté. L’éditeur n’ayant pas encore communiqué sur les mécaniques du jeu, cette pre-alpha laisse planer un doute qui je l’espère ne se vérifiera pas : le système de mission.

Dans cette démo de Pure Farming, le joueur évolue dans un des 5 pays – Japon, Italie, USA, Colombie, Allemagne – avec des missions prédéfinies…. et plutôt banales. Le joueur ne dispose que de peu de liberté. Vous commencez une partie et vous retrouvez guidé par votre smartphone. Espérons que le jeu définitif ne sera pas qu’un jeu orienté arcade. Cette version “presse” ne permet d’effectuer que des récoltes (avec aussi une phase de fertilisation très mal réalisée). Il n’y a pas la moindre trace d’intelligence artificielle, pas un ouvrier à l’horizon, l’ensilage se fait avec une remorque au cul de l’ensileuse.

Une gestion au pad efficace

Niveau caméra, j’ai pu lancé le titre avec un pad XBOX One qui était parfaitement reconnu, ce qui me permettait de gérer les angles de vues avec le stick droit. Néanmoins, les mouvements sont (volontairement) bridés et on ne peut que très peu éloigner la vue ou au contraire zoomé sur une partie du matériel.  La gestion des actions est simplifiée pour ne pas dire simpliste. Il suffit de prendre sa moissonneuse, venir au bord du champ et appuyer sur un bouton pour mettre tout en route. Sur Farming Simulator, il faut atteler, baisser la barre de coupe, mettre en route la moissonneuse, etc…. Bref j’ai eu l’impression de jouer à Farming sur ma PSVita. A chacun ses goûts, mais pour moi c’est un peu juste.

Je ne vais pas en dire plus car ce ne serait que des suppositions (mods ? multi ? etc.) mais pour un jeu qui doit débarquer le 13 mars 2018… vous m’aurez compris… ou pas 🙂

Bruno Giacobbé

Créateur de simulagri.fr (mais pas que). Joueur de Final Fantasy avant d'être joueur Farming Simulator. Je surveille de près Cattle And Crops et Pure Farming, et fais un bain de boue dans Spintire MudRunner entre midi et 2.

Articles connexes

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté !

Le pub finance ce site. Désactivez votre bloqueur de pub et rechargez la page. Tout devrait bien se passer ;)