Farming Simulator

En attendant Farming Simulator 2019, 10 questions aux développeurs

Farming Simulator 17 est sorti le 25 octobre dernier et le titre cartonne au niveau mondial. Et alors qu’au Paris Games Week, le jeu semblait bien seul face aux FPS dernier cri, on apprenait dernièrement qu’il y avait sur Steam plus de joueurs de Farming que de joueurs de Call of Duty.

Alors chez Giants, on est fier de ce succès ? Comment se portent les ventes du titre, et où se positionne notre petite France sur les volumes de ventes par rapport aux autres pays ?

Marc Schwegler, Lead artist Giants Software
Marc Schwegler, Lead artist Giants Software

Marc Schwegler, Lead artist Giants Software : Oui bien sûr que nous sommes fiers de ce succès, comment ne pas l’être. Dès le premier mois, nous étions dans le top des ventes sur Steam avec un taux de satisfaction de 93%, alors que le dernier Call of Duty ne score “qu’a 53%”. En terme de classement, l’Allemagne reste en tête, la France n’est qu’en deuxième position, devant la Pologne et le Royaume Uni.

On suppose que les équipes de développement sont à bloc sur la version mobile Farming Simulator 18. Qu’en est-il ? Que pouvez-vous nous dire sur cette future version ?

M. S. : Farming Simulator 18 sortira dans le second semestre. La preview présentée aujourd’hui comporte encore de nombreux bugs même si le jeu est déjà très abouti (NDLR : on confirme !). La version 3DS notamment souffre d’un manque d’optimisation et des maigres capacités de la machine comparées à une PS Vita ou aux derniers smartphones Android. Globalement on peut dire que cette version s’adresse à un public de joueurs plus jeunes. Les joueurs chevronnés se tourneront vers les versions XBOX One, PS4, et PC.

Reprendra-t-elle les nouveautés de FS 2017 ?

M. S. : Par rapport à la version 2016, il y a beaucoup plus de matériels, vous pouvez acheter et transporter des animaux, la carte est plus grande et plus variée (NDLR : le décor est un peu particulier, mélant plaine et canyon, c’est plus une map USA qu’une map Europe, mais le terrain est riche et détaillé). Les commandes sont simplifiées. Par exemple pour couper un arbre avec le Scorpion, il suffit de s’approcher pour que le grappin saisisse l’arbre. Idem pour piquer un round au champ, la manoeuvre s’effectue d’elle-même.

Graphiquement, FS17 est réussi, le travail sur les modélisations est une vraie avancée pour accroitre le réalisme de cette simulation. Certains joueurs sont toutefois surpris de ne pas voir leur titre sortir sur Xbox 360 et PS3. Elles n’en avaient vraiment pas assez sous le capot ? Ou est-ce un choix stratégique ?

M. S. : Non le choix n’est pas stratégique. Il y a vraiment des limitations sur ses plateformes. Nous avons toutefois essayé dans les premières phases de développement mais la RAM (512 Mo sur une Xbox 360 soit 8 fois moins qu’un smartphone Samsung Galaxy S6 Edge) arrivait à saturation. Et puis des consoles comme la PS4 sont déjà en milieu de carrière.

La réalité virtuelle est déjà une réalité, sans vouloir faire de jeu de mots, sur PlayStation 4 et sur PC. Nous avons pu en faire l’expérience récemment avec un Samsung Gear VR branché sur un PC. Est ce qu’un support officiel est à venir ?

M. S. : Non il n’y a pas de développement officiel de prévu. La réalité virtuelle se limite à quelques essais en interne uniquement.

Le mod hub commence à prendre du poids. Qui l’alimente ? Certains matériels mal modélisés sont disponibles. N’avez-vous pas peur qu’ils entachent le titre ? Y a-t-il un contrôle effectué sur la qualité ?

M. S. : La politique de contrôle qualité est très souple. Lorsqu’un mod est soumis, il peut bénéficier d’un statut beta, sur PC uniquement, peu importe sa qualité. On est un peu plus regardant sur console. Mais en gros, si le mod ne fait pas planter le jeu, on y va, c’est validé.

Farming est donc une simulation. Mais certains joueurs agriculteurs lui trouvent encore trop de décalage avec la réalité. Travaillez-vous avec une équipe d’agriculteurs pour être au plus proche du terrain ?

M. S. : Lors du développement du jeu, nous avons bien sûr fait participer quelques agriculteurs professionnels afin de récolter leurs avis. Le sujet est compliqué mais c’est à nous de définir la limite entre simulation hyper réaliste et plaisir de jeu. Peut être que pour la prochaine version (NDLR : Farming Simulator 19/2019), nous améliorerons la partie élevage (transport des animaux, reproduction, choix des races en bovin). Mais je ne peux pas en dire plus.

De grandes simulations, comme Sim City en son temps, incluait des dégâts naturels. Avec les changements climatiques, l’agriculture y est exposée. Pensez-vous élargir le réalisme de Farming en incluant ce type d’événement ?

M. S. : Concernant les conditions climatiques, le jeu étant très axé sur l’usage des machines agricoles, il y a peu de chance pour qu’on inclut une saison hivernale. En hiver, les tracteurs restent au hangar. Nous réfléchissons toutefois à inclure les variations de températures pour les cultures, ainsi que les inondations, mais tout ceci n’est qu’au stade de réflexion.

Avec l’arrivée des radis chinois, le jeu a fait un premier pas vers les techniques culturales actuelles. Le marché de l’agriculture bio pèse aujourd’hui. Peut-être verra-t-on le bio se développer dans Farming Simulatir 19, avec des produits revendus plus chers si l’on n’utilise aucuns traitements ?

M. S. : Nous réfléchissons à inclure une fonctionnalité qui permettrait d’avoir un bonus si il n’y a pas de traitement des cultures et sur la manière de nourrir les vaches afin qu’elles produisent soit plus de lait, soit plus de viande, en fonction de son alimentation.

Ce n’est plus un secret pour les joueurs, Farming Simulator est la simulation agricole de référence, très très loin devant Professional Farmer 2017. Néanmoins, un nouveau titre financé sur KickStarter, Cattle and Crops, devrait bientôt voir le jour. Comment voyez-vous l’arrivée d’un concurrent sérieux, d’autant que le jeu reprend les points forts de Farming Simulator ?

M. S. : Il est difficile de parler de Cattle & Crops alors que le jeu n’est qu’au stade Alpha. Graphiquement le jeu a l’air “sympa”. Les premières informations font état d’un titre tourné vers la simulation, là où Giants cherche un équilibre entre simulation et plaisir de jouer. Attendons de voir la version définitive, mais oui nous gardons un œil sur ce titre.

… et sinon Farming Simulator 19 ?

M. S. : Ha ha ! Vous savez, 2 ans ce n’est pas de trop pour développer Farming Simulator 19. Nous n’en sommes encore qu’au stade de réflexion, mais l’équipe est déjà dessus, et le rythme de 2 ans devrait être conservé.

Merci aux équipes de Giants Software et Focus Home Interactive.

Petit bonus, le DLC Kuhn qui devrait voir le jour d’ici peu :

 

Bruno Giacobbé

Créateur de simulagri.fr (mais pas que). Joueur de Final Fantasy avant d'être joueur Farming Simulator. Je surveille de près Cattle And Crops et pleure sur le défunt Pure Farming. Je fais également un bain de boue dans Spintire MudRunner entre midi et 2.

Articles connexes

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté !

Le pub finance ce site. Désactivez votre bloqueur de pub et rechargez la page. Tout devrait bien se passer ;)