Farming Simulator

Le phénomène Farming Simulator 17 / 2017

Haaaa Farming Simulator, cette simulation, qui aura déjà marqué 8 ans d’agriculture virtuelle, débarque dans une nième version toujours autant attendue par la communauté très active de joueurs à travers le monde. On ne change pas une recette qui fonctionne, aussi le principe du jeu n’a pas évolué : gérer une exploitation agricole dans son intégralité (parc matériel, élevage, terres, budget, achat/vente, etc.) seul ou avec d’autres joueurs.

Comme un bon vin, le jeu n’a fait que se bonifier dans le temps. Si, à ses débuts, le jeu était somme toute basique, aujourd’hui le mot « simulation » prend tout son sens.

On ne reviendra pas sur ce qui a fait le succès du jeu à mesure des versions et on ne parlera ici que des améliorations par rapport à la version précédente. Si vous ne connaissez pas du tout le jeu, vous pouvez lire le test de notre confrère JeuxVideo.com qui reflète très bien ce que l’on pense de la 2015.

Alors quoi de neuf sous le capot du tracteur ?

Graphiquement, et c’est bien normal, le jeu affiche un peu plus de détails qu’en 2015, notamment sur les véhicules. Les textures sont plus fines, et les effets de reflets (quand le véhicule est propre bien sûr) apportent la petite touche de réalisme qui manquait. Les modélisations sont à couper le souffle tant le niveau de détails est proche de la réalité. Les intérieurs des cabines grouillent de petits détails et même les écrans de votre moissonneuse affiche les informations en temps réel !

Tant qu’on est à parler graphisme
Sachez qu’il ne vous est pas nécessaire d’avoir un PC dernier cri pour faire tourner le jeu. Notre configuration la moins puissante, à base d’Intel Core i3 1,8Ghz et propulsée par une chip graphique Intel HD4000, faisait tourner le logiciel sans ralentissement avec un niveau de détails réglé sur « moyen » (et ça a déjà de la gueule !) De ce constat, on reprochera d’ailleurs à l’équipe de Giants de ne pas avoir porté le jeu sur les précédentes plates-formes (Xbox 360 et PS3) qui en ont suffisamment sous le capot.

La physique du titre est toujours aussi perfectible mais à quand même fait un bon en avant. Si être stoppé net par une voiture, alors que vous êtes au volant d’un Fendt 1050, reste d’actualité, vous aurez le plaisir de voir les pneus de votre moissonneuse se déformer dès que vous y accrochez votre barre de coupe. De même votre maïs se déplace dans le silo à mesure que vous passez la lame.

Casque sur les oreilles vivement conseillé

Autre point offrant une dose de réalisme : le son. De l’avis d’un expert en machinisme, le jeu reproduit vraiment fidèlement démarrage, montée et baisse de régime moteur, effort à la traction, grincements des remorques pleines, gravillons sous les roues, cliquetis divers. Tout y est pour vous immerger au maximum.

Mettez un casque sur vos oreilles, fermez les yeux, et appuyez sur lecture :

Vous évoluerez au gré du chant des oiseaux… et des coups de klaxon. Et oui, les automobilistes râleurs sont aussi de la partie et il ne vaut mieux pas laisser traîner votre matériel au beau milieu de la route.

Notre premier ressenti, en images

Les nouvelles cultures : Tournesol et soja font leur apparition avec de nouveaux matériels de récolte pour exploiter ces cultures. Le radis oléagineux est également de la partie, mais uniquement à des fins de fertilisation. Après destruction, ce couvert vous procurera 30 % de rendement supplémentaire sur la culture suivante. A noter que désormais vous pouvez semer plusieurs types de graines sur une même parcelle.

Le matériel : Le jeu n’est pas encore sorti au moment où nous écrivons ces lignes, que déjà de nombreux mods sont disponibles (via un gestionnaire vraiment très réussi). Aussi à sa sortie attendez-vous à voir plusieurs centaines d’engins disponibles.

Les nouveaux animaux : plus besoin d’installer une multitude de mods pour ajouter des élevages. D’emblée vous aurez accès à l’élevage de vaches, de porcs, de volailles et de moutons et pourrez vendre les produits de votre élevage (laine, porcs, lait, oeufs, etc.).

« Y a plus de saisons » : Toujours pas à l’ordre du jour, dans Farming Simulator 17, les jours se suivent et ressemblent… pas de pause, les vaches sont tout le temps au champ, et vous pouvez enchaîner les hectares de maïs non-stop. Seul le rythme jour/nuit et les variations de météo sont disponibles.

Les commandes : la prise en main du jeu est immédiate pour ceux qui jouaient déjà à la version précédente. Les commandes clavier / manette / volant sont quasi identiques.

Bon, plutôt qu’un long discours sur les mécaniques du jeu, rien ne vaut un bonne partie, bien plus simple pour rentrer dans le détails et ne rien oublier  >>> Premier jour dans la peau d’un agriculteur virtuel.

Bruno Giacobbé

Créateur de simulagri.fr (mais pas que). Joueur de Final Fantasy avant d'être joueur Farming Simulator. Je surveille de près Cattle And Crops et Pure Farming, et fais un bain de boue dans Spintire MudRunner entre midi et 2.

Articles connexes

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté !

Le pub finance ce site. Désactivez votre bloqueur de pub et rechargez la page. Tout devrait bien se passer ;)